Kolmanskop

© bennymarty
Kolmanskop, ghost towns in the area of the diamond mines, South Namibia, esterior of a house.

Située à 850 kilomètres au sud-ouest de Windhoek, la capitale de la Namibie, Kolmanskop est aujourd’hui un village fantôme. Perdue au milieu du désert du Namib et proche du port de Luderitz, Kolmanskop fut une cité diamantifère florissante qui connut son apogée dans les années 1920. Elle fait partie des destinations touristiques en Namibie.

L’histoire de Kolmanskop

Son histoire débuta en 1908 lorsqu’un travailleur ferroviaire, Zacharias Lewala, trouva un diamant. La nouvelle de la découverte se répandit et les colons allemands s’installèrent en masse pour exploiter les ressources de cette région, qui se révéla être une des sources les plus prolifiques de diamant.

hannesthirion

Selon la légende, il était même possible de ramasser les pierres la nuit car celles-ci brillaient grâce à la lumière de la lune. Plus de 5 millions de carats de diamants furent extraits lors des six premières années d’exploitation. En raison de sa faible densité de population, la cité détenait le niveau de richesse par habitant le plus élevé au monde.

Le village de Kolmanskop

Le village gagna en notoriété et crût rapidement sous l’impulsion des colons. A son apogée, il abritait plus de 250 familles d’européens et 800 travailleurs, issus des tribus Owanbo. Il devint l’un des plus modernes d’Afrique.

En effet, celui-ci regorgeait de commerces en tout genre, d’usines diverses, d’une centrale qui assurait l’approvisionnement en électricité, ou encore d’un hôpital. En outre, ce dernier fut le premier centre d’imagerie à rayons X de tout l’hémisphère sud. La ville fut pionnière dans le domaine ferroviaire avec la construction d’une ligne de tramway, la première d’Afrique.

Kolmanskop, ghost towns in the area of the diamond mines, South Namibia, esterior of a house.

bennymarty

Ses riches exploitants importaient l’eau potable directement du Cap, en Afrique du Sud, à plus de 1000 kilomètres. La ville devint également un important centre culturel, offrant de quoi divertir la bourgeoisie locale. Ainsi, cette cité pourtant située dans une région inhospitalière offrait tout le confort nécessaire aux colons qui jouissaient d’une vie prospère.

Ce n’est que dans les années 1980 que la compagnie minière De Beers entreprit de rénover certains bâtiments et d’en faire une attraction touristique, notamment avec la création d’un musée.

Daniele-Romagnoli

Les touristes fascinés par ces vestiges peuvent se rendre dans la cité fantôme avec un permis ou des réservations organisées quotidiennement.

Interior of ruined house in ghost-town Kolmanskop, Namibia

homocosmicos

Par ailleurs, ce cadre atypique est très prisé des photographes et de l’industrie cinématographique. Quelques tournages ont été organisés sur les lieux dans les années 1990 et 2000.

Le parc naturel proche de Kolmanskop

Kolmanskop est localisée au milieu de la “Sperrgebiet”, une zone interdite opérée par le gouvernement namibien et la compagnie minière De Beers. Cet endroit est aussi un parc naturel dont l’accès est restreint par un permis, délivré par les autorités.

Après la Première Guerre mondiale, la ville commença à décliner avec la chute du cours du diamant et la découverte d’un autre gisement plus au sud. En l’espace de quelques années, elle disparut, ensevelie dans le désert du Namib.

Oranje, Grenzfluss zwischen Namibia und Südafrika

mophoto

L’activité se déplaça vers Oranjemund, plus prolifique (cf l’image ci-dessus). Cette ville se situe au sud de Kolmanskop à 4h en voiture soit 380 km de distance.


Les lieux à absolument découvrir pendant votre voyae en Namibie :
Luderitz
Grootfontein
Walvis Bay
Swakopmund
Mariental
Aus
Windhoek